L’insécurité alimentaire : une catastrophe à atténuer après le Coronavirusde Frantz Junior Dominique| JobPaw.com

L’insécurité alimentaire : une catastrophe à atténuer après le Coronavirus


Près de 3 millions d’haïtiens sont sous la menace de l’insécurité alimentaire selon un rapport rendu public en 2019, par le Conseil National pour la Sécurité Alimentaire (CNSA). Plusieurs mois nous ramenant à une autre année, cette situation s’aggrave, on est proche 4 de millions d’haïtiens dans cette situation. Après le covid-19 des prévisions annoncent le pire si les concernés n’entendent pas définir des plans d’action pour freiner cette hémorragie.

L’insécurité alimentaire : une catastrophe à atténuer après le Coronavirus
Près de 3 millions d’haïtiens sont sous la menace de l’insécurité alimentaire selon un rapport rendu public en 2019, par le Conseil National pour la Sécurité Alimentaire (CNSA). Plusieurs mois nous ramenant à une autre année, cette situation s’aggrave, on est proche 4 de millions d’haïtiens dans cette situation. Après le covid-19 des prévisions annoncent le pire si les concernés n’entendent pas définir des plans d’action pour freiner cette hémorragie.
Référant à un ensemble d’outils et de procédures pour la nomenclature de cette sévérité y relatives, le document cité montre deux phases à travers ses résultats : la phase stress pour trois départements concernés : Nord, Centre et Ouest (1,3 à 2,1 millions de personnes) ; la phase crise pour six départements concernés : Grand ‘Anse, Sud, Nippes, Sud-Est, Nord-Ouest, Nord-Est (2 à 2,6 millions de personnes).
Le terme « insécurité alimentaire » selon des spécialistes, traduit un état dans lequel se trouve une personne, ou un groupe de personnes, lorsque la disponibilité d'aliments sains et nutritifs, ou la capacité d'acquérir des aliments personnellement satisfaisants par des moyens socialement acceptables, est limitée ou incertaine.
Suivant le constat du conseil, il existe une dégradation significative de la sécurité alimentaire, mais d’un niveau plus considérable quant à la situation nutritionnelle des ménages ruraux. Le CNSA souligne que plus de 2,2 millions de personnes en Haïti font face à une insécurité alimentaire aiguë caractérisée par l’absence presque totale d’un repas au quotidien. Dans certaines localités du pays, des gens n’ont même pas accès à l’eau potable pour étancher leur soif. Pour eux, c’est la précarité extrême !
En fait, l'insécurité alimentaire est avant tout un problème d'accès à l’alimentation. Bien que les raisons pouvant expliquer l'insécurité alimentaire soient diverses et complexes, on peut, cependant, les répartir en trois niveaux explicatifs :
Les causes immédiates ;
Les causes primaires ;
Les causes fondamentales
Les premières causes considèrent le niveau individuel pour plusieurs raisons qui tournent essentiellement autour d'une dimension déterminante : les moyens d'avoir accès à suffisamment d'aliments nutritifs (accès physique), sur une base régulière, et de pouvoir se les procurer en toute dignité (accès économique).


Des revenus trop faibles ne permettent pas de répondre correctement aux besoins de base, notamment, celui de se nourrir.
Dans le département du Nord-est, 4 personnes sur 10, a déclaré avoir vécu une situation d'insécurité alimentaire en raison d'un manque d'argent. Il faut, cependant souligner, que l’insécurité alimentaire ne se limite pas aux seuls ménages à faible revenu, elle touche aussi certains ménages à revenu moyen. Ça pousse à comprendre que la pauvreté n'est pas l'unique explication de l'insécurité alimentaire, mais elle en est certainement une des causes les plus importantes.
La pauvreté peut expliquer les difficultés financières qui mènent parfois vers une situation d'insécurité alimentaire dont : Des dépenses mal contrôlées (difficulté à gérer son budget ou à résister à la surconsommation; des problématiques personnelles qui affectent de le revenu comme le jeu pathologique, la toxicomanie (alcool, drogue), la maladie mentale ou autre… Les personnes en insécurité alimentaire par manque d'argent doivent faire des choix difficiles entre des besoins essentiels. Avec un budget restreint qui suffit à peine à payer les dépenses fixes comme le loyer, l'électricité, etc., on coupe dans la nourriture quand on n'arrive pas à joindre les deux bouts. Si les dépenses prévues peuvent occasionner des problèmes, qu'arrive-t-il lorsque surviennent des dépenses imprévues comme un réfrigérateur à remplacer, une augmentation de loyer, des soins dentaires?
Les personnes en situation d'insécurité alimentaire font également face aux différentes difficultés liées à l'approvisionnement en raison d'un problème de distance ou de transport. Autrement dit, il est beaucoup plus difficile pour elles d'obtenir des aliments sains et nutritifs aux meilleurs coûts sur le marché : des sites d'approvisionnement trop loin, moyen de transport inexistant ou inadéquat.
Les causes primaires
Les causes immédiates de l'insécurité alimentaire (faible revenu et difficulté d'accès) sont le résultat des causes primaires : Un salaire minimum trop bas ; des prestations d'aide sociale ou de chômage inadéquates ; un taux de chômage élevé ; un faible niveau d'instruction ; des logements inabordables ; un prix élevé des aliments, surtout ceux qui sont considérés sains et nutritifs (comme les fruits et les légumes) ; un réseau de distribution alimentaire inadéquat ; des moyens de transport inaccessibles ou inadéquats.




Un milieu familial violent, une séparation, un divorce, une faillite, la maladie physique ou mentale, un handicap, la naissance d'un enfant, le nombre d'enfants dans la famille, la prise en charge d'un parent âgé, un déménagement, être un réfugié, etc. ont toute une incidence sur les revenus et peuvent entraîner une situation d'insécurité alimentaire.
Les causes fondamentales
À la base, l'insécurité alimentaire est fortement liée aux politiques sociales et économiques qui déterminent le fonctionnement de la société : des politiques fiscales inefficaces ou incohérentes ; une répartition de la richesse inéquitable, etc… Des inégalités socio-économiques systémiques affectent la distribution des revenus et ont un impact à la fois sur le niveau de revenu des ménages et la santé de la population. Ainsi, la justice sociale est vue comme la solution à l'insécurité alimentaire des individus et des familles et à l'amélioration de la santé de la population.
Les zones les plus touchées par l’insécurité alimentaire sont les zones du sud du département du Nord-Ouest et les quartiers de Cité Soleil à Port-au-Prince. Dans la capitale haïtienne, environ 850.000 personnes sont en situation d’insécurité alimentaire selon le Programme Alimentaire Mondial.
Si dans des pays dits des pays amis d’Haïti, s’organise par le mieux pour combattre ce fléau qui s’annonce comme étant un puissant ennemi de la race humaine, ici en Haïti, les dirigeants ne s’en soucient pas. Or, la sécurité alimentaire est un droit humain fondamental reconnu à l’article 25 de la Déclaration des droits de l’Homme promulguée en décembre 1948.
La sécurité alimentaire est essentielle pour que tous les individus d’une société puissent être en santé et développer leur plein potentiel, peu importe leur origine, leur âge, leur sexe, leur classe sociale, etc. Viser la sécurité alimentaire permet d’améliorer la santé et le bien-être des citoyens, de progresser vers un mieux-être collectif.
Se mobiliser tous contre l’insécurité alimentaire relève d’une responsabilité à la fois personnelle et collective.


Frantz Dominique, Junior
dominiquefrantzjunior@gmail.com

Rubrique: Conseils Emploi
Auteur: Frantz Junior Dominique | dominiquefrantzjunior@gmail.com
Date: 20 Mai 2020
Liste complète des mémoires et travaux de recherche